Le moment parfait

Angela Gurtner savait évidemment qu’il existait des centres de transfusion sanguine en Suisse et que beaucoup de gens donnaient régulièrement leur sang. Mais la Bâloise de 38 ans ne connaîtra sa première expérience de donneuse qu’en commençant à travailler pour Transfusion CRS Suisse. « Auparavant, ce thème m’était complètement étranger, je n’aurais même pas su où donner mon sang. » Elle dit d’elle-même qu’elle était prédestinée comme donneuse : « En tant qu’ancienne sportive d’élite, je suis en excellente condition physique et je n’ai pas peur des aiguilles », ajoute-t-elle en riant.

Sa prochaine date de don de sang est d’ores et déjà fixée. La sollicitation du service de transfusion sanguine lui parvient régulièrement par courriel. « Si je n’y vais pas finalement, c’est pour des raisons pratiques » Mais elle est décidée à inscrire le prochain don de sang dans son agenda comme tout autre rendez-vous.
Il y a quelques années, Angela Gurtner a perdu beaucoup de sang lors d’une opération. « C’est là que j’ai compris à quel point on peut vite avoir besoin du sang de donneurs. Donner son sang est très facile et on apporte ainsi une aide précieuse. » C’est avec cet argument qu’elle convainc amies et amis de se rendre au don de sang. « En outre, le sentiment de solidarité me plaît. Le don de sang souligne à quel point nous faisons tous partie d’un grand réseau social. » Et, du point de vue du receveur de sang, il n’y a pas à hésiter à aller donner son sang.

Angela Gurtner est une jeune femme joyeuse et créative qui aime par-dessus tout la nature et sa famille. Lorsqu’on lui demande quel est pour elle le moment parfait, elle dit en rayonnant : « Lorsque je suis entourée de ma fille, d’amis et de leurs enfants, il se produit un moment magique : lorsque les enfants sont plongés, heureux, dans leurs jeux et que nous autres, adultes, refaisons le monde en sirotant une tasse de thé ou assis au soleil. La famille au sens large. C’est ça qui me rend heureuse ».

Angela beim spenden

« C’est là que j’ai compris à quel point on peut vite avoir besoin du sang de donneurs. »

Angela Gurtner, 38 ans, sociologue et célébrante

Histoires de donneurs et de receveurs